La fin d’une première étape(Kampala Geopolitics)

Écrit par sur 31 octobre 2020

La fin d’une première étape

Les discours de clôture de la troisième édition des Kampala Geopolitics Conference étaient l’occasion de revenir sur les messages clés de la conférence. Jules-Armand Aniambossou (l’ambassadeur de France), Maxime Houinato (le représentant de UN-Women en Ouganda) et Anna Reisman (la directrice Ouganda et Soudan du Sud pour KAS), se sont succédé à la tribune pour adresser leurs remerciements multiples et se féliciter de cette troisième édition. Mais il s’agissait plus d’annoncer la fin d’une première étape, que de faire des adieux au public.

Car comme l’a rappelé l’ambassadeur, une deuxième phase de débats est prévue d’ici quelques jours. Tous ceux qui ont apprécié la qualité des discussions et la pertinence des sujets peuvent se réjouir d’avance de poursuivre les débats en ligne pendant un mois supplémentaire. Et en effet de nombreuses questions restent en suspens dans ce monde post Covid-19. Il est certain que les thèmes à venir seront tout aussi captivants que ceux parcourus au cours de ces deux dernières semaines.

Un monde différent mais peut-être meilleur, une coopération renforcée entre différents acteurs, la mobilisation des citoyens pour rappeler que la politique ne peut être placée au-dessus de la santé, l’impact de la pandémie sur les industries artistiques et sportives… Ce sont les points clés retenus par l’ambassadeur de France qui a souligné par ailleurs que nous commençons tout juste à être en mesure d’analyser comment le monde se réajuste et se repense.  Il a également invité les africains à continuer à être créatifs et à diversifier leurs activités, tout en rappelant l’existence d’outils de coopération et d’aide au développement comme l’AFD (l’agence française de developpement). Cette célébration de la liberté de pensée et d’expression faisait tristement écho aux deux attentats survenus a très peu d’intervalle en France. Le message de Jules-Armand Aniambossou était sans équivoque : la France ne baissera jamais les bras face aux attaques terroristes.

Maxime Houinato nous a offert une synthèse plus transversale, en présentant les 4 messages communs aux 6 conférences :

  • La question de la paix et de la sécurité est plus que jamais au cœur des réflexions géopolitiques
  • Les jeunes doivent être acteurs du developpement
  • Les formes de gouvernance ont changé
  • Il faut impérativement combler les écarts et freiner la croissance des inégalités car la réduction de la pauvreté est bénéfique pour tous

Anna Reisman a conclu ce discours de clôture en partageant des observations qui ont permis de mieux apprécier la pertinence de l’organisation des Geopolitics Conférence dans différents pays. Par exemple le fait qu’il n’est pas possible de débattre sur des sujets globaux sans observer et comprendre son propre environnement local et national.  D’où l’importance d’investir dans la formation et l’éducation des jeunes.

Il est fort à parier que la mobilisation des partenaires pour réunir des intervenants de qualité et la rediffusion des conférences par NBS auront un impact durable sur tous ceux qui ont pu assister ou regarder les premiers débats. Pour les autres, il faut rappeler que toutes les conférences sont disponibles en ligne, sur le site de KAS : https://www.kas.de/en/web/uganda

Src: Magaly Losange


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

Covid-19 les initiatives du continent et les infos de l'OMS

Lire plus